Par Sophie Bigot-Goldblum 

Aujourd’hui est une semaine et un jour… Aujourd’hui est une semaine et deux  jours’, ce décompte surprenant se nomme le Omer. 

Dès la fin du premier soir de Pessah’ et jusqu’à Chavouot,  les juifs à travers le monde comptent le temps qui passe. Cet unique rituel qui s’entend sur 49 jours, découle du commandement biblique de mettre de côté une gerbe d’orge tous les jours entre les deux fêtes du printemps, puis d’offrir l’orge comme un sacrifice lors de la fête de Chavouot.

Après que la destruction du Temple ai rendue impossible l’accomplissement du rituel, les sages ont institué un décompte des jours en commémoration de l’omer de graines. 

Ce décompte peut sembler fastidieux, et le rituel agricole bien loin des préoccupations contemporaines de nos élèves… Comment donner à ce rituel un sens et une saveur renouvelés? Parmi les nouvelles interprétations offertes, je vous propose d’explorer le omer au feminin de Jill Hammer, une éducatrice et rabbin américaine qui a concocté un calendrier du Omer de quarante-neuf femmes bibliques. Un moyen de mettre à l’honneur des personnages parfois méconnus, et de prendre conscience que les femmes ne sont pas si absentes de la tradition juive qu’on le dit! 

La tradition mystique a depuis Isaac Louria invite les juifs à profiter de cette période du omer pour effectuer un travail sur soi, sur ses traits de caractères, les middot en méditer sur un individu qui possède ces qualités – associer des personnages issus de la tradition a chaque jour du Omer n’a rien en soit d’innovant.

Pour organiser cette tâche, chaque semaine du omer est associée à l’une  des septs sefirot inférieures: hessed (grâce), gvoura (vaillance), tiferet (beauté), netza’h (fermeté), hod (gloire), yessod (fondation) et malkhout (royauté) et a septs ‘bergers’ du peuple d’israël : Abraham, Isaac, Jacob, Moïse, Aaron, Joseph et David. 

Une liste auguste, certes, mais fort masculine. Comme le fait remarquer Jill Hammer, les vertues représentées par les patriarches sont également présentes, et sanctionnées par la tradition,  chez les matriarches. Ainis si , Abraham est la figure du Hessed,  Rachel représente Malkhout (majesté et présence du visage féminin intérieur de Dieu connu sous le nom de Shekhinah).

Le calendrier propose une femme biblique pour chacun des quarante-neuf jours de l’omer. Il vise à la fois à enseigner les femmes de la Bible et à honorer la Shekhinah en chaque femme. ‘Ma souhait, dit Jill Hammer’  est que ce calendrier aide les femmes à reconnaître Dieu en elles-mêmes et les hommes à reconnaître le féminin dans leur vie’ 

Voici un petit aperçu des personnages et figures féminines que vous pouvez associer chaque jour du Omer. 

La Shekhinah

Pendant l’Exode, la Shekhinah, dimension féminine de la présence divine, plane au-dessus d’Israël dans des piliers de nuages et de feu. Dans le désert, la Shekhinah donne la manne  à Israël de la manne  et apparaît sur le mont Sinaï pour leur donner la Torah. 

Le servante de la femme de Naaman (II Rois 5)

Dans le livre des rois, on nous enseigne l’histoire d’une jeune fille israélite capturée et vendue comme esclave a un commandant araméen atteint de la lèpre. La jeune esclave, dont le nom n’est pas mentionné, a eu connaissance des miracles accompli par le prophète Elisha. . Elle dit à sa maîtresse: «Je souhaite que le Maître puisse venir devant le prophète de Samarie et être guéri’. Cette jeune esclave se révèle capable de compassion même à l’égard d’un homme l’ayant asservie.

Serach bat Asher

Si elle n’est mentionnée que deux fois dans la Bible de nombreuses légendes ont été racontées à son sujet. Lorsque les frères de Joseph apprirent que Joseph était vivant, ils craignirent que la nouvelle ne tue leur père vieillissant et demandèrent à Serach de le dire à Jacob. Serach a pris une harpe et a chanté la nouvelle à Jacob en rimes pendant qu’il priait. Jacob s’exclama: « Que la bouche qui m’a dit ces mots ne goûte jamais la mort! » Ce fut elle aussi qui montra à Moïse où trouver les os de Joseph. 

La Shunnamite (II Rois 4: 8-37)

La Shunammite est une bienfaitrice du prophète Elisha. Elle suggère à son mari de lui construire une chambre sur leur toit afin qu’il ait un endroit où loger. Élisée lui en est reconnaissant et lui demande comment il peut l’aider, mais elle répond simplement : «Je vis parmi les miens.» Plus tard, Elisha aura l’occasion de rétribuer la shulamite en soignant son fils.

Bien sur cette liste est non exhaustive! N’hésitez pas à laisser vos élèves s’approprier l’idée et trouver leurs propres personnages féminins sur lesquels ils veulent prendre exemple.